Mes mots en argile (suite)

Par défaut

Pour ceux qui me suivent et me connaissent un peu, vous le savez : j’explore l’argile pour raconter des histoires, depuis que la vie a posé un bout de terre entre mes mains et m’a proposé de le modeler.

J’ai modelé mes premiers mots dans un endroit reposant en novembre dernier, et je suis rentrée chez moi quelques semaines après, riche de cette découverte. Cela n’a pas été simple de me confronter de nouveau à la réalité. Et encore aujourd’hui, la réalité souvent m’effraie. Alors, je pose mes mains sur l’argile, je glisse mes doigts dans la terre, je la masse, la malaxe, la caresse et la forme. Je la laisse parler pour moi. Depuis que j’ai quitté cette maison retirée, et que je suis revenue ici, je réalise que j’ai beaucoup modelé.

Bien sûr la terre n’a pas la même qualité que celle de ma maison de repos, car ce n’est pas de l’argile à cuire au four, j’ai acheté des terres de plus ou moins bonnes qualités, qui se sculpte moins bien, qui sèche plus vite.

Tout n’est pas parfait. Rien n’est parfait. Tout est parfait.

Voici mon petit bilan d’une année scolaire, la tête sous l’eau, les pieds sur terre, les mains dans la terre.

Après la première série :

2016-12-07-11-17-38

Voici mes nouveaux mots, croisés sur les réseaux sociaux.

Je vous laisse comprendre l’histoire qu’ils racontent…

 

 

 

La seconde période complète :20170625_112705

de novembre 2016 à Juin 2017, voici tous mes mots en argile.

Je suis heureuse de pouvoir m’exprimer ainsi. Cela complète mon besoin d’écrire. Cette découverte fait partie des belles choses de cette année et il y en a eu. J’avais encore envie de les partager…

20170625_113020

TU ES LA MEILLEURE ! grand oral, Audio

Par défaut

Aujourd’hui commencent les épreuves du bac. Etant une mère poule excessive et insupportable, j’ai écrit ce texte à l’occasion d’un des célèbres ateliers d’écriture de Leiloona sur son blog Bric à Book.

J’ai eu envie de vous le lire aujourd’hui, en hommage à nos chères petits anges qui nous supportent.

Pour une fois que je vous propose un texte plutôt amusant, faites-vous/moi plaisir, écoutez le et dites-moi ce que vous en pensez en commentaire sur cette page !

PS : La photo d’illustration est la seule que j’ai trouvée qui dirait « ouai super !  » indulgence…


 

Première répétition des « naufragés » Toan’co et Anne-Véronique Herter – Evénement ! Audio

Par défaut

La semaine dernière, j’ai participé à une journée appelée Fulgurance, organisée par Olivier Bas et coachée par Jérôme Attal, Au studio des Variétés à Paris.

L’idée étant de nous aider à comprendre comment raconter une histoire en chanson, marier une mélodie à des paroles qui restent en tête.

Je ne vous expliquerai pas la méthode de Jérôme au SDV, mais je vous encourage vivement à vivre cette journée. C’était magique.

Dans l’après midi, j’ai donc rencontré Antoine Cognet, avec qui je devais écrire ma première chanson.

Olivier, sachant que je n’avais jamais écrit ce type de texte, que je ne chante pas (enfin si, mais chez moi très fort et très mal) et que je ne joue pas d’instrument (à part du piano mais je ne peux rien faire du Claire de lune de Debussy ou de la Pavane de Fauré, je ne suis pas Gainsbourg), a eu l’instinct de me faire travailler avec Antoine, également appelé (Toan’co) un musicien charismatique et brillant, et habitué à écrire ses propres textes et ses propres musiques. Tout comme moi, il n’avait jamais écrit un texte à quatre mains.

Nous avions trois heures pour imaginer, construire et créer une chanson. Aiguillés par nos coachs, nous n’avons pas perdu de temps. Cette première collaboration a été un truc de fou. Antoine et moi nous sommes retrouvés dans les mêmes émotions, les mêmes envies, avec nos différences évidemment (le premier qui dit différence d’âge peut sortir). La magie vient peut être de là.

Il a vite trouvé la mélodie et, ensemble, nous avons construit cette histoire, que je vous raconte ici, avec son autorisation.

Il s’agit de l’enregistrement fait avec mon téléphone d’une des premières répétitions de la chanson finalisée. Donc nous ne sommes pas tout à fait au point (enfin lui si, écoutez sa voix…, mais pas moi, c’est la première fois que je « chantais/parlais » en musique. Indulgence mes amis). Et nous avions une dead line de trois heures. Avec plus de temps, elle sera plus abouti. J’aime la musique le texte, et le mélange de nos deux voix.

Je  pense qu’Antoine en fera quelque chose de formidable et qui sait, vous l’entendrez peut-être un jour ailleurs que sur mon blog ?

Après mes romans, mes textes courts, mes sculptures, mes textes lus, voilà que j’écris une chanson et que je fais un duo. Je me cherche on dirait. Celui qui me trouve…

Surtout dites-moi si vous aimez, dites-moi que vous aimez, et ne quittez pas des yeux et des oreilles Antoine Cognet (Toan’co) il est probable que je vous en parle encore jusqu’à ce que vous n’ayez plus besoin de moi pour en parler.

 

 

Prudence, amoureuse. Audio

Par défaut

Le 6 mai nous fêtons les Prudence. Bonne fête aux Prudence !  Non, je ne donnerai pas la météo, en revanche, je souhaite vous dévoiler un joli trait de ma Prudence. Lorsqu’elle aime et qu’elle est heureuse. Prudence, amoureuse…

couverture-et-4eme-prudence-rock

Ambre, une femme en France, Audio

Par défaut

Ambre, ma fille a 14 ans cette semaine. Pour elle j’ai eu envie de reprendre ce texte, écrit pour un atelier de Leiloona dont voici le lien, Sur une photo de ©Marion Pluss, que j’aime énormément.

Nous devions écrire sur le sexisme.

Bonne écoute. N’hésitez pas à me laisser un commentaire si vous avez aimé ou pas.


Ambre, une femme en France

 

Prudence Rock. Audio extrait 1

Par défaut

J’avais encore envie de lire. Aujourd’hui, je vous offre la première page de mon dernier livre, Prudence Rock, première page d’une chanson douce…

J’y prends beaucoup de plaisir j’espère que vous aimerez ma lecture… Qu’elle vous donnera envie de connaître l’histoire de Prudence si vous ne l’avez pas encore lue.

PRUDENCE ROCK

Par défaut

Je ne vous ai pas encore parlé de Prudence sur mon blog. Comment est-ce possible… Prudence est mon deuxième roman, paru le 12 janvier 2017 aux éditions Félicia-France Doumayrenc.

Vous pouvez commander Prudence Rock chez votre libraire préféré, ou sur le site des éditions ici, sur le site de la Fnac… Si vous avez des difficultés pour le commander, prévenez moi !


Qui est Prudence ?

« La vie est une eau que les jeunes gens laissent couler sans le savoir ». Et pourtant, c’est bien la vie qui noie Prudence. Celle-là même si pure et si précieuse qui se joue d’elle, la berce, la balance, l’ébranle et la bouleverse…

Prudence Rock est la seconde fille d’une famille apparemment sans histoire, d’une petite ville préservée. Mais Prudence ne se reconnait pas dans les codes de cette vie, dans les secrets, les mensonges, les illusions, et tous ces faux semblants. Alors Prudence se cache dans l’amour qu’elle porte à sa sœur, dans la musique qui rythme ses jours, dans sa fascination pour Antigone et son espoir d’être aimée.

PRUDENCE ROCK est un roman à la fois surprenant, fort, psychologique, tendre, noir, plein d’espoir et de désillusion, qui parle des blessures intimes, de la relation au corps, à l’âme et aux autres. Des sourires forcés et de l’Amour, le vrai.

 

couverture-et-4eme-prudence-rockEcrire son deuxième roman, ce n’est pas rien. Je porte Prudence comme une enfant difficile à mettre au monde, exigeante, impatiente, colérique, charmante et fragile.

Prudence me parle, se parle, vous parle. Elle chante aussi, et vit ses rêves toujours au bord de ses limites. J’espère que Prudence vous touchera. Vous comprendrez alors le poids des secrets, des traditions, des codes de la société, de la famille des amis auxquels nous sommes constamment confrontés.

Mais que se passe-t-il lorsque l’on n’arrive pas à s’y plier ?

 


Des avis de lecteurs :

J’avais trouvé le premier sincèrement bien, j’ai trouvé celui-la encore mieux. je trouve que ton style progresse et s’affirme, on décèle vraiment ta patte, j’ai hâte de lire le prochain !…
Elle est aussi attachante que bouleversante, troublante, inquiétante. Je l’adore mais pour toi qui l’a fait naître et portée, c’est un bonheur autant qu’une charge. En tout cas, je te félicite une fois encore et j’attends le prochain

Je referme à l’instant Prudence Rock et je suis bien triste de la quitter tellement son personnage était attachant…
Dans Zou ce qui m’avait le plus frappé c’était la façon dont tu faisais chanter les mots je trouvais en effet ton écriture très poétique.
Encore une fois je me suis laissée emportée par ton écriture. De pages en pages on s’attache de plus en plus à Prudence, on vit ses émotions à 100% avec elle…
Bref tu l’as compris j’ai adoré et tu as bien raison de défendre ton magnifique texte.

Je range souvent les livres que je lis en deux catégories. Ceux que je lis avec plaisir mais que je suis capable de poser pour dormir ou aller me baigner. Et ceux que je ne lâche pas, même si les enfants ont faim ou qu’une météorite s’écrase sur Terre. Le tien est dans la deuxième catégorie !

 J’ai beaucoup aimé, je l’ai avalé d’un coup, sans une respiration. Ton écriture est superbe… Beaucoup de choses, beaucoup de mots ont raisonné très fort

J’ai adoré l’émotion et le courage contenu dans ton livre


 

L’avis des chroniqueurs, des blogueurs et de journalistes :

Les lectures du Hibou

Rougepolar

Youcef Zirem Les tourments d’une société qui a oublié l’humain

Bricabook

Carnet de lecture Inwonderland.fr Lionel Bottero

La vi(ll)e en rose, Chronique Littéraire de Christophe Maris

Les Chroniques Culturelles, Caroline Doudet

Noukette

Framboise chez Steph et son Bar à BD

Les billets de Fanny

 


Les dédicaces passées et à venir :

2017-01-14 11.45.59.jpg

Dédicace chez Keep Tonic                 Un esprit sain dans un corps sain

 

 

 

14 Janvier 2017 : Chez Keep Tonic au Chesnay (Région parisienne)

25 février : à la librairie le bain d’encre au Chesnay à partir de 16H (Région parisienne)

18 mars : la librairie Tommenx à Mantes la ville (Région Parisienne)

15 avril : au Cultura de Barentin (Rouen)

Fin mars : Salon du livre de Paris

D’autres dates à suivre

Prudence Rock est également Coup de Cœur chez Cultura !

 

Vous pouvez commander Prudence Rock chez votre libraire préféré, sur le site des éditions ici, sur le site de la Fnac, etc.

Si vous avez une difficulté pour la recevoir chez vous, prévenez moi !

Fragments de Fragonard, roman épistolaire

Par défaut

Une correspondance de 16 lettres, voici les 5ème et 6ème lettres, on y parle d’amour…

À l’occasion de l’exposition Fragonard Amoureux qui s’est tenue au musée de Luxembourg à Paris de septembre 2015 à janvier 2016, la galerie de la Marraine a réuni indépendamment,  des artistes, créateurs et artisans, et présenté leurs œuvres et créations -uniques ou en petite série- rendant hommage à l’un des plus grands peintres du rococo et de la frivolité.

Il m’a été demandé d’écrire 16 lettres d’amour inspirées par ces tableaux. Ces lettres furent offertes aux abonnés de notre exposition virtuelle durant la durée de Fragonard Amoureux. A présent, je suis ravie de les partager ici avec vous.

Si vous souhaitez découvrir et lire toutes ces lettres, en partant de la première,   rendez vous sur ma page Fragments de Fragonard

Si vous connaissez les premières, et souhaitez juste lire les deux suivantes, elles sont à vous ici, juste en dessous :

N’hésitez pas à partager avec moi votre avis, en commentaire

Toutes les calligraphies sont de Frédérique Thyss


Lettres 1 à 4


 

Lettre 5

 

Tendre ami,

 Votre lettre est un doux plaisir. Vous m’avez rendu le sourire de nos instants heureux, le souffle coupé de nos amours interdites. Mon cœur battait à nouveau, le soleil était immense, il ne laissait aucune part à l’ombre.

Mais ici…

Tandis que vous preniez d’assaut les flots qui désormais nous séparent, que votre avenir se dessinait sous ces nouveaux horizons que vous dessinerez à la pointe de votre courage, vous nous avez séparés plus encore, une distance terrible lorsque vous connaîtrez les événements bouleversants qui ont sorti ma plume de nos douces rêveries.

L’ombre a pris place. Non pas celle qui ouvrait à nos plaisirs, non pas ces nuits brûlantes qui nous unissaient, non plus celles du châtaignier qui nous rendait un peu de sa fraîcheur à la fin de l’été. Une ombre envahissante, menaçante ; les ténèbres, prémices du pire. L’aveuglement… Comment ne pourrais-je encore me plonger dans votre regard essoufflé, admirer la lumière dessinant votre corps dessus le mien, être troublée par cette vie qui rayonne autour de vous ?

Père s’est éteint, et avec lui, toute lumière d’espoir s’est enfuie.

Mère vit en noir, seule, désormais éloignée chez les sœurs de la Bonne Volonté. Ce fut la première décision d’Henri, qui a naturellement pris la succession de la famille. Comment ce pauvre sot, uniquement attiré par les fastes de quelconque cour, pourrait-il répondre à nos aspirations ? Il ne pense qu’à lui, à ses plaisirs, à sa renommée, à ses notes de frais.

Mère et moi sommes aujourd’hui à sa merci.
Comme j’aimerais que ce soit à la vôtre…
Je vous en prie ardemment, revenez vite, vainqueur, et enlevez-moi à cette noirceur !

Je vous embrasse tendrement. Ne pensez plus à la joue, dirigez mes lèvres vers vos pensées les plus inaccessibles.

Vôtre, pour toujours.

Marie


 

Lettre 6

 

 

Ma rose,

 

 Vous que j’ai cueillie un jour inespéré dans un jardin oublié, que j’ai effleurée d’une main précautionneuse, dont j’ai senti les parfums, caressé les pétales, de mon visage et de mes lèvres… Que j’ai possédée et que j’espère posséder encore et toujours…

Ma douce fleur, délicatement déposée sous la cloche protectrice et rassurante de votre famille pendant mon voyage, espérant vous retrouver toute à moi dès mon retour… Je découvre ce qui vous arrive et je tremble.

Cette épine me transperce le cœur. Depuis que vos doigts ont couru sur cette feuille pour m’avertir du danger qui vous guette, que s’est-il passé ? Comment vivez-vous ? Qu’en est-il d’Henri, et qu’a-t-il fait de vous ? Nous nous sommes peu connus, lui et moi, mais je le crains et sans connaître notre doux secret, nos regards échangés croisaient davantage du fer que de la connivence. Se pourrait-il qu’il accepte de m’envisager autrement ?

Me voilà arrivé en Amérique. Trente-huit jours de mer, si peu de temps, le croiriez-vous ? Le vent, l’océan, le ciel étaient avec nous. Leurs forces n’avaient d’égal que la puissance de ce navire magnifique et notre motivation à défendre la liberté et l’Amérique. Les Anglais ne pourront rien contre nous, j’en suis convaincu.

Nous sommes arrivés à Boston. La guerre se sent et se ressent, se vit et se respire, mais George Washington a su reconquérir le berceau de la liberté et tout espoir est maintenant permis. Je ne peux vous dire ce qu’il va advenir, notre salut dépend de la victoire et des rencontres que je ferai.

Ne désespérez pas. Je n’oublie pas notre désir. Peut-être pourrais-je écrire à votre frère pour partager avec lui nos pures intentions ? Il ne peut être tout à fait mauvais, puisque la même sève coule dans vos veines.

Faites-moi plaisir, allongez-vous parfois dans l’herbe et laissez vos mains parcourir vos cheveux, votre visage, vos courbes et vos secrets. Fermez les yeux et imaginez que vos mains sont miennes et que je prends soin de vous. Comme je le fais chaque nuit dans mes rêves.

De la lointaine Amérique, je vois toujours votre cœur briller près du mien au-dessus de l’océan, et je garde espoir.

Préservez-vous et aimez-moi.

 À toujours.

 Nicolas